Programmes
Programmes
Bachelor in Management
Programme Grande École
Masters
IMBA
Programmes en alternance
Programmes à Paris
Executive education Global DBA PhD
Accompagnement pédagogique

Centre for Unframed Thinking (CUT)

Un nouveau type d'institut d’études avancées
Unframed Thinking
La recherche interdisciplinaire au plus haut niveau international.

Le premier institut d’études avancées (IEA) au monde basé dans une école de commerce.

Presentation de CUT

Le Centre for Unframed Thinking (CUT) est une initiative de Rennes School of Business (Rennes SB) et de ses partenaires pour favoriser la recherche interdisciplinaire au plus haut niveau international. Il contribue à l’effort global consacré à l’analyse des nombreuses questions complexes soulevées par les crises actuelles. Celles-ci incluent le changement climatique, les pandémies émergentes et les transitions technologiques. Ces transitions n’ont pas seulement alimenté des processus d’innovation et d’adaptation majeurs au niveau des entreprises, mais elles ont également généré des questions fondamentales d’un point de vue individuel ou social qui ne peuvent être traitées de manière convaincante par de simples ajustements des cadres de pensée existants.

Prof. Raouf Boucekkine, Directeur Général du CUT, Doyen Associé pour la recherche

Le CUT est le premier institut d’études avancées (IEA) au monde basé dans une école de commerce.

Il est innovant à plusieurs égards, en particulier :

  • Il place l’écologie (et les autres sciences de la vie), les sciences de l’environnement et de l’énergie et les études technologiques au cœur de son programme scientifique. Ce choix est éclairé par la nature des transitions en cours et les tendances stratégiques associées (par exemple, la décarbonisation et la numérisation). Cela ne signifie pas que le rôle des sciences sociales et humaines sera minimisé, car elles seront mobilisées pour développer des recherches interdisciplinaires indispensables sur la gestion, le leadership, l’apprentissage, les politiques publiques, l’éthique, le développement économique et la géopolitique.
  • Il accueille des praticiens et des non-universitaires ayant une solide expérience pertinente, issus d’organisations nationales et internationales, des secteurs public ou privé ainsi que des sphères socio-économiques impliquées dans les processus en cours. Le CUT est également ouvert aux intellectuels indépendants de haut niveau et aux artistes d’avant-garde travaillant sur des questions compatibles avec son (vaste) programme.
  • Une des particularités du CUT en tant qu’institut d’études avancées est de n’accueillir que des « fellows » en résidence relativement courtes, généralement de deux semaines et pas plus de trois mois, afin de coller au plus près à la dynamique des projets de recherche en cours à Rennes SB et chez ses partenaires. Parmi les « fellows » accueillis, des seniors, généralement des chercheurs de renommée mondiale ou des cadres supérieurs, sont nommés pour trois ans et sont impliqués dans l’incubation et le développement de projets de recherche à long terme à Rennes SB et avec ses partenaires.

Les programmes de recherche

Innovation verte et gestion du climat

Co-directeurs :

 

BAGNAROSA ESC

Guillaume Bagnarosa

Dr Imen Nouira, Rennes School of Business

 Imen Nouira

Rahman Mahabubur associate professor Rennes School of Business

 Mahabub Rahman

 

Au cours des trois dernières décennies, les activités industrielles et humaines ont induit de graves problèmes environnementaux et provoqué des changements climatiques dans le monde entier. Les conséquences néfastes des activités industrielles sur l’environnement ont incité les parties prenantes, notamment les régulateurs gouvernementaux et les consommateurs conscients, à faire pression sur les dirigeants industriels et à les encourager ou/et les pousser à adopter et à mettre en œuvre des stratégies d’entreprise respectueuses du climat. Les entreprises sont donc contraintes de repenser leurs modèles et stratégies d’entreprise existants pour se conformer à ces nouveaux défis environnementaux, aux réglementations et aux changements dans les modes de consommation. Le management environnemental et l’innovation verte sont reconnus comme des outils aidant les entreprises à réduire l’impact des systèmes industriels et des activités humaines sur l’environnement. Ce programme comprendra des exposés, des dialogues, des débats et des ateliers dans les deux domaines décrits ci-dessous.

Innovation verte

Soixante pour cent de l’environnement naturel de la planète a été dégradé au cours des dernières décennies. Par conséquent, la dégradation de l’environnement est passée d’une question périphérique à une préoccupation socio-économique importante au cours des dernières décennies. Les initiatives d’innovation verte sont censées être l’une des orientations stratégiques cruciales pour faire face à la dégradation apparemment inexorable de l’environnement. Un effort concerté, impliquant divers types d’acteurs gouvernementaux, intergouvernementaux, industriels et sociétaux, est toutefois essentiel pour développer et déployer des activités d’innovation verte efficaces.  Ce courant explore les stratégies, les causes, les conséquences et les obstacles de l’innovation verte à trois grands niveaux : A) l’innovation verte au niveau du pays ; B) l’innovation verte au niveau de l’industrie ; C) l’innovation verte au niveau de l’entreprise.  En outre, ce volet s’efforce de mettre en lumière la manière dont l’interconnexion entre ces trois niveaux accélère ou ralentit les activités d’innovation verte dans un contexte national/régional spécifique. Ainsi, ce courant de recherche englobe un sujet multidisciplinaire qui nécessite l’intégration de diverses perspectives telles que sociologiques, politiques, financières, économiques et écologiques.

L’objectif principal de ce courant est de développer et de diffuser des connaissances et des idées approfondies et complètes sur l’innovation verte en intégrant les perspectives variées de divers acteurs/parties prenantes qui ont un impact direct et indirect sur les activités d’innovation verte. À cette fin, nous organisons périodiquement des conférences, des séminaires, des symposiums et des tables rondes pour discuter et débattre des questions essentielles relatives à l’innovation verte.

Gestion du climat

Le changement climatique peut (et va de plus en plus) affecter notre santé, notre production alimentaire, nos infrastructures, notre sécurité et nos conditions de travail. Si plusieurs secteurs sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques, comme l’agroalimentaire, le tourisme ou les compagnies d’assurance, d’autres comme l’énergie et les transports ont déjà entamé leur transition pour limiter les émissions de GES résultant de leur activité, et donc leur contribution au réchauffement de la planète. Chaque entreprise d’un secteur donné se caractérise par une capacité donnée à adapter ses décisions de gestion aux effets actuels et futurs du changement climatique et par une nécessité spécifique de réduire les sources d’émissions de GES. De plus, du point de vue des gouvernements, les conséquences du changement climatique telles que l’élévation du niveau de la mer, les sécheresses sévères ou les inondations ont déjà contraint des communautés entières à se déplacer pour limiter le risque de famine. À l’avenir, on s’attend à ce que le nombre de « réfugiés climatiques » augmente et nécessite par conséquent des interventions résolues des gouvernements.

Ce courant de gestion du climat se concentre sur les solutions permettant d’anticiper les effets négatifs du changement climatique sur l’économie et proposera des mesures appropriées pour prévenir ou minimiser les dommages qu’ils peuvent causer. En outre, notre courant de recherche vise, par le biais d’une approche transdisciplinaire, à aider les gestionnaires et les décideurs politiques à respectivement tirer parti des opportunités commerciales ou à anticiper/atténuer les risques géopolitiques qui peuvent survenir.

Publications sélectionnées par les Senior Fellows du CUT et les chercheurs du RSB:

  • G. Bagnarosa, M. Cummins, M. Dowling, F. Kearney (2022) “Commodity risk in European dairy firms”. European Review of Agricultural Economics 49, 151–181.
  • Crifo, P., Durand, R., Gond, J-P. 2019. Encouraging Investors to Enable Corporate Sustainability Transitions: The Case of Responsible Investment in France. Organization & Environment. 32(2), 125-144.
  • H. Ghazzai and R. Lahmandi-Ayed (2022). “Ecolabel: Is more information better”. Environmental Modelling & Assessment 27, 505-524.
  • R. Hammami, I. Nouira and Y. Frein (2018), “Effects of Customers’ Environmental Awareness and Environmental Regulations on the Emission Intensity and Price of a Product”. Decision Sciences 49, 1116-1155.
  • CD. Harvell, CE Mitchell, JR Ward, S. Altizer, A. Dobson, RS Ostfeld, MD Samuel (2002). “Climate warming and disease risks for terrestrial and marine biota”, Science 296, 2158-2162.
  • L. Landweber and A. Dobson (2019). Genetics and the extinction of species: DNA and the conservation of biodiversity. Princeton University Press
  • K. Medlock, T. Loch-Temzelides and S. Yu (2021). “COVID 19 and the value of safe transport in the United States”. Nature-Scientific Reports
  • Van der Ploeg, R., and T. van den Bremer (2021). “The risk-adjusted carbon price”. American Economic Review, 111, 9, 2782-2810.
  • M. Rahman (2023), “The virtuous circle between green product innovation and performance: The role of financial constraint and corporate brand”. Journal of Business Research 154, article 113296

S'organiser vers ou contre l'extinction ?

Co-directeurs :

 

MICHELOTTI ESC

Marco Michelotti

 

Sarah Robinson

 

ROLOFF ESC

Julia Roloff

 

Ce programme interdisciplinaire, divisé en trois symposiums, vise à explorer comment l’organisation humaine peut soutenir le développement futur de systèmes organisationnels durables, faisant progresser l’avenir de l’humanité. S’inspirant de la sociologie, de l’anthropologie, de la philosophie, des sciences politiques, de l’activisme social, ainsi que des études sur les entreprises et les organisations, les trois événements consisteront en des dialogues interdisciplinaires, des débats et des présentations entre et par des théoriciens, des chercheurs, des stratèges, des praticiens et des activistes, se concentrant respectivement sur l’organisation passée, présente et future. Nous discuterons de la manière dont les études et les théories dominantes de l’organisation et de la représentation des intérêts ont été complices non seulement du développement de pratiques et de comportements commerciaux instables, mais aussi de l’exclusion de paradigmes théoriques alternatifs, affectant négativement les efforts visant à développer des idées (alternatives). Nous suivons la façon dont l’héritage de tels processus dans le présent pose des menaces continues au développement de formes d’organisation plus équitables et durables et nous explorons comment légitimer et adopter une variété de perspectives. Le programme s’efforce ensuite de proposer des alternatives en mettant en lumière les bonnes pratiques actuelles et en identifiant les possibilités futures de s’organiser contre (plutôt que vers) l’extinction mondiale et d’améliorer les structures sociétales et organisationnelles. Le programme impliquera 5-6 CUT Senior Fellows, des conférenciers de la RSB, et des conférenciers invités comprenant des universitaires, des activistes et des praticiens. Les grands courants entrecroisés à travers les trois symposiums sont les suivants :

Pratiques commerciales durables

La surconsommation : L’utilisation de matériaux, d’électricité, d’eau et de sol augmente plus rapidement que la population humaine (Nations Unies 2020). Dans les pays industrialisés, l’âge moyen des appareils ménagers et des appareils électroniques a diminué (Ala-Kurikka 2015), ce qui contribue à une tendance générale à consommer davantage de produits sans améliorer le bien-être ni réduire les niveaux de pauvreté. Le recyclage et les opérations en circuit fermé sont des solutions imparfaites pour résoudre ce problème car ils nécessitent toujours l’utilisation d’électricité et d’eau et ajoutent à l’empreinte environnementale de l’humanité. Investissement social et entrepreneuriat social : Les entreprises à mission sont considérées comme des solutions viables pour rendre les sociétés plus durables. Dans de nombreux pays, de nouvelles formes juridiques telles que la société à mission (France) ou la « benefit corporation » (États-Unis) sont encouragées pour rendre plus attrayante la conception d’une entreprise qui répond à un ou plusieurs objectifs sociaux et/ou environnementaux dans le cadre de ses activités commerciales. Avec l’essor des entreprises sociales, l’investissement à impact social se développe également et est soutenu par les décideurs politiques, y compris l’Union européenne.

Atténuation des risques sociaux et politiques

L’objectif de ce volet est d’évaluer et de proposer des solutions pour les risques suivants : risques liés au marché du travail, risques liés à la sécurité sociale, risques liés à la sécurité de la représentation, risques politiques et géopolitiques et risques liés à la santé. Les sujets associés comprennent également : la migration, la montée des idéologies fascistes/populistes et les conséquences involontaires de l’adoption généralisée des technologies de surveillance et de l’intelligence artificielle (IA), y compris, mais sans s’y limiter, les risques associés à la théorie de la singularité (Kurzweil 2005). Ce courant étudiera comment ces risques interagissent et peuvent s’aggraver en une possible désintégration des institutions sociales et politiques qui médiatisent les conflits et assurent un certain degré de cohésion sociétale.

Repenser le leadership pour l’avenir de l’humanité

Ce volet (ré)envisage le rôle du leadership pour relever les grands défis de notre monde actuel et futur : comment comprendre l’importance du leadership dans les relations économiques, politiques, technologiques et sociales de l’organisation et de la société pour œuvrer à un avenir durable ? Comment des formes alternatives de leadership, par exemple le leadership indigène, le leadership inspiré par le féminisme, le paradoxe et le pragmatisme, peuvent-elles apporter un nouvel éclairage et de nouvelles compréhensions pour guider et développer les leaders dans les secteurs clés, les industries, les partis politiques et les mouvements sociaux ?

Publications sélectionnées par les chercheurs seniors du CUT et la faculté de RSB:

  • Kannampuzha, M. and Hockerts, K. (2019) “Organizational Social Entrepreneurship: Scale Development and Validation”. Social Enterprise Journal, Vol. 15, No. 3, 2019, p. 290-319.
  • Kerr, R. and Robinson, S (2012) “From symbolic violence to economic violence: The globalizing of the Scottish banking elite”. Organization Studies, vol 33 no. 2pp.247-266.
  • Mcnamara, T; Meloso, D; Michelotti, M; Puncheva-Michelotti, P (2022) “You are free to choose…are you? Organisational punishment as a productivity incentive in the social science literature”. Human Relations, Vol. 75(2) 322–34
  • Monteiro, P. and Adler, P (2022) « Bureaucracy for the 21st century: Clarifying and expanding our view of bureaucratic organization, » Annals of the Academy of Management vol. 16, No.2 .
  • Nyland, C., Bruce, K. D., & Burns, P. (2014) “Taylorism, the International Labour Organization, and the genesis and diffusion of codetermination” Organization Studies, 35(8), 1149 – 1169.
  • Roloff, J., Longondjo Etambakonga, C.(2020) “Protecting environment or people? Pitfalls and merits of informal labor in the Congolese recycling industry”. Journal of Business Ethics Volume 161, pp. 815–834
  • Simpson, B., Harding, N., Fleming, P., Sergi, V., & Hussenot, A. (2021). “The integrative potential of process in a changing world: introduction to a special issue on power, performativity and process”. Organization Studies, 42(12), 1775-1794.
  • Taksa, Lucy (2019): “Remembering and incorporating migrant workers in Australian industrial heritage. Labour Studies in Working-Class History of the Americas, 16(1):81-105.

Knowledge in Society

Co-directeurs :

Balaji Makam

Antonio Vezzani

Antonio Vezzani

Jean-Marie Bonnin

Le développement et l’innovation technologiques influencent l’évolution des sociétés et sont à leur tour influencés par la manière dont les sociétés évoluent. Quels sont les nouveaux modèles émergents de développement technologique et d’innovation ? Comment sont-ils liés à de nouvelles attitudes envers l’innovation ? Comment vont-ils modifier la perception de ce qui est bon ou non pour la société ? Pourrions-nous définir une voie technologique durable en tenant compte de toutes ces dimensions et concevoir des outils pour la mettre en œuvre ? Ce programme aborde ces questions par le biais d’une approche pluridisciplinaire où les considérations commerciales et économiques sont intégrées aux vues de l’évaluation et de la prévision technologiques, de l’éthique, de la diffusion des connaissances, de l’histoire et de la philosophie des sciences, ainsi que des considérations sociétales et politiques. À cette fin, ce programme relie le large éventail de connaissances détenues par différentes parties prenantes, notamment le monde universitaire, l’industrie, la société civile et les décideurs politiques.

Des écosystèmes d’innovation visant des innovations centrées sur l’homme

L’histoire regorge d’exemples de nouvelles technologies introduites trop tôt, qui ne répondaient pas vraiment à un besoin ou à une envie, qui étaient finalement mal conçues pour le public visé ou qui étaient socialement inadaptées. Dans un contexte de changement technologique accéléré et de concurrence mondiale, les entreprises doivent développer des solutions innovantes complexes qui nécessitent l’interaction de multiples acteurs. Dans ce cadre, l’intégration de la connaissance et du sens est une dimension stratégique essentielle pour garder l’avantage.

Les écosystèmes d’innovation et un développement ou une application significative des technologies ne devraient pas considérer les personnes uniquement comme la fin du processus, mais intégrer les désirs et les aspirations dès le début en adoptant une approche centrée sur l’homme. Une position centrée sur l’homme est importante pour aller au-delà du PIB dans la recherche de nouveaux indicateurs incorporant le bien-être, par exemple, la santé et la sécurité sont importantes lorsque nous évaluons des choix alternatifs. La mise en œuvre de systèmes d’innovation centrés sur l’homme est essentielle à cet égard et constituera un axe majeur du programme CUT.

Innovation, éthique et pouvoir

Une approche attentive de la connaissance et de l’innovation permettra de réarticuler un vieux point : l’innovation a une direction, pas seulement un taux de changement. Les choix en matière d’innovation sont complexes et souvent contestés (par exemple, les problèmes liés à l’acceptation des vaccins), et la recherche sur l’innovation devrait aller au-delà des possibilités offertes par les nouvelles technologies pour examiner les implications, le caractère souhaitable et les éventuelles conséquences néfastes de certaines innovations sur la société dans son ensemble. En d’autres termes, il s’agit d’apporter une réflexion éthique sur les implications générales des innovations suffisamment tôt dans le processus de diffusion de l’innovation.

En effet, dans les phases initiales de la diffusion des innovations, les aspects positifs ont tendance à être exagérés et les aspects négatifs sous-estimés. Les nouvelles technologies émergentes créent de nouvelles opportunités mais génèrent également de nouvelles contraintes. Par exemple, un monde numérique est un monde où certains matériaux critiques auront de l’importance et où l’approvisionnement et le recyclage seront cruciaux ; un monde en partie piloté par l’IA peut limiter l’ensemble des choix disponibles pour les humains et induire de graves perturbations dans l’équilibre du pouvoir formel et informel au sein et entre les communautés et les secteurs socio-économiques. Pour une structure de marché donnée, y compris dans une économie de marché libre, les innovations peuvent effectivement être manipulées, ce qui appelle une meilleure compréhension du rôle des pouvoirs dans l’orientation de l’innovation.

Diplomatie technologique et souveraineté

Après des décennies de marchés libres, de privatisations et de croissance non supervisée, les récentes crises majeures (financières, climatiques, COVID, guerre en Ukraine, etc.) ont amené à repenser le modèle économique actuel et la manière dont les économies et les acteurs mondiaux interagissent. L’autonomie stratégique des technologies clés gagne du terrain, entre autres parce qu’un rôle fort dans la géopolitique mondiale, comme la défense de la démocratie, exige un certain degré d’autonomie. Aujourd’hui, le contrôle des technologies clés émergentes liées à la santé, au climat et à la numérisation est une préoccupation politique croissante, tant au niveau national qu’européen.

Les théories économiques et de gestion ont été développées en faisant largement abstraction du pouvoir et de la géopolitique. Des concepts comme le pouvoir, la souveraineté, la sécurité ou la résilience devraient inspirer de nouvelles théories et la fertilisation croisée de différentes disciplines est un facteur clé pour faire progresser notre compréhension de l’innovation dans un monde globalisé.

Publications sélectionnées par les chercheurs seniors du CUT et les professeurs de RSB:

  • Alcalde-Unzu, J., J. Moreno Ternero and S. Weber (2022). “The measurement of the value of a language“. Journal of Economic Theory, Forthcoming.
  • Filippetti, A., and A. Vezzani (2022). “The political economy of public research, or why some governments commit to research more than others”. Technological Change and Social Forecasting 176, article 121482.
  • T. Gajdos, I. Régner, P. Huguet, J. Sackur, J.-C. Vergnaud, M. Hainguerlot, V. de Gardelle (2019). “Does social context impact metacognition? Evidence from stereotype threat in a visual search”, PLoS ONE.
  • Kapoor P., Balaji, M. and Jiang, Y. (2022), “Greenfluencers as Agents of Social Change: The Effectiveness of Sponsored Messages in driving Sustainable Consumption”. European Journal of Marketing.
  • Rodrigo, S., JM. Bonnin and T. Ernst (2018). “AD4ON: An ITS-based Decision Making Architecture for Opportunistic Networking”. International Journal On Advances in Networks and Services 11 (1-2), 11-21
  • Shi C., C. Tercero, X. Wu, S. Ikeda, K. Komori, K. Yamamoto, F. Arai, T. Fukuda (2016). “Real‐time in vitro intravascular reconstruction and navigation for endovascular aortic stent grafting”. The International Journal of Medical Robotics and Computer-Assisted Surgery 12, 648-657.
  • Paré, Zaven (2016). L’âge d’or de la robotique japonaise. Editions Belles Lettres, Paris.

CUT Fellowships

Une des particularités du CUT en tant qu’Institut d’études avancées est d’accueillir des fellows sur une période de résidence plus courte, ne dépassant pas 3 mois par an, et généralement pour un séjour d’un minimum de 2 semaines (un fellowship typique dans le système IEA est d’un semestre ou d’une année académique). Ce choix est essentiellement motivé par le souci de ne pas transiger avec le critère d’excellence scientifique et de coller au mieux à la dynamique des projets de recherche en cours à Rennes SB et chez les partenaires.

Comme le veut le système IEA, les fellows sont externes à Rennes SB et aux partenaires. Ils sont invités et/ou sélectionnés sur la base d’appels publics afin de favoriser les interactions au plus haut niveau avec les chercheurs de Rennes SB et des partenaires. Dans le cas du CUT, les fellows sont soit des chercheurs nationaux ou internationaux de premier plan, soit d’éminents experts non universitaires issus de la sphère socio-économique et de grandes institutions nationales et internationales, soit des intellectuels et des artistes indépendants.

Deux formes de fellowships sont proposées :

  • Seniors fellows : ils sont nommés pour trois ans, avec jusqu’à deux visites par an. Ces chercheurs invités récurrents sont principalement impliqués dans l’incubation et l’élaboration de projets de recherche à long terme au sein de Rennes SB et de ses partenaires. Ils peuvent également être sollicités pour du mentorat ou des événements occasionnels d’enseignement ou d’engagement public (voir ci-dessous).
  • Fellows invités : cette catégorie correspond aux visiteurs de courte durée, généralement une ou deux semaines. Ils sont le plus souvent invités à participer à un événement donné (aux campus du CUT par exemple, voir ci-dessous) ou à contribuer à une tâche spécifique de recherche/conseil.

Senior Fellows

Fellows passés, actuels et futurs

Paul Adler

 

Rabah Amir

 

Rabah Arezki

 

Michael Asslaender

Volodymyr Babich

Bahador Bahrami

 

Alberte Bondeau

 

Olivier Chanel

 

Patricia Crifo

Tina Dacin

Ron Davies

Alain Desdoigts

Andy Dobson

 

Robin Duponnois

 

Toshio Fukuda

 

Thibault Gajdos

 

Axèle Giroud

Lesly Goh

Fausto Gozzi

Joël Guiot

Kai Hockerts

Dmitry Ivanov

Rim Lahmandi-Ayed

Nour Meddahi

François Miglietta

Juan Moreno-Ternero

Martin Nielsen

Chris Nyland

 

Zaven Pare

 

Mercedes Pascual

 

Emmanuel Picavet

 

Aude Pommeret

 

Weihua Ruan

 

Barbara Simpson

 

Lucy Taksa

 

Ted Temzelides

 

Jacques-François Thisse

 

Rick Van der Ploeg

 

Aline Veillat

 

Alain Venditti

Événements

Outre la production d’idées qui serviront à l’élaboration de projets de recherche de haut niveau, l’activité du CUT prend diverses formes, non seulement dans la recherche (le principal résultat) mais aussi dans l’enseignement et l’engagement public. Voici une courte liste d’événements sélectionnés.

Événements scientifiques (ES)

Cela va d’un séminaire mensuel régulier, simplement appelé séminaire CUT, au Campus CUT (un ou deux par an) en passant par des séminaires ou ateliers occasionnels organisés de manière opportuniste en fonction de la présence de personnalités académiques et/ou non académiques intéressantes dans le voisinage proche ou sous la sollicitation de partenaires locaux et nationaux. Les campus CUT ont pour but de réunir une ou deux fois par an (sur le campus et/ou virtuellement) un groupe de boursiers CUT et de chercheurs de Rennes SB et des partenaires pour échanger (et éventuellement initier des projets) sur des sujets choisis. Ils comprennent des conférences/exposés donnés par les fellows et des travaux de groupe, proche du modèle de l’Académie intercontinentale UBIAS.

Événements éducatifs (EE)

Les fellows seront occasionnellement invités à enseigner des cours de doctorat (sur accord préalable) avec une série de conférences doctorales dédiées au CUT ou à donner des conférences pour la Grande École suivant des arrangements avec les responsables de cette composante de la Rennes SB. Les partenaires de Rennes SB impliqués dans le CUT pourraient également profiter de ce dispositif.

Événements de mobilisation du public (EP)

Il s’agit d’une composante essentielle du programme du CUT afin d’accroître la visibilité locale. L’idée est d’organiser une série de conférences publiques CUT pour un grand public de la ville et des quartiers, qui seront typiquement organisées en dehors des campus de Rennes SB et des partenaires. Cinq à six conférences par année académique serait une bonne fréquence.

Voici une courte liste d’événements sélectionnés

Événements CUT 2022-2023

  • 28 septembre 2022: CUTIS – Human Robots: Dr. Zaven Paré (RSB) et Professor Simon Thevenin (IMT Atlantique) (SE)
  • 19 octobre 2022: From the Workshop to the Laboratory: Dr Zaven Pare (CUT senior Fellow) & Dr. Alexander Niess (Rennes SB (EE)
  • 24 octobre 2022: Quelle(s) politique(s) pour faire face à l’inflation en ces temps de crises ?
    Alain Durré, économiste en chef, Goldman Sachs France; Xavier Ragot, Président de l’OFCE ; Professor  Alain Kirman Directeur d’études à l’EHESS (PE)
  • 27 octobre 2022: CUTIS ‘Research on Diversity Management: two perspectives: Professor Lucie Taksa (Senior Fellow CUT- Deakin University, Australia) & Professor Sophie Hennekam (RSB) (SE)
  • 4 novembre 2022: CASA-CUT Conference on Agribusines & Sustainable Agriculture – Climate Change: Professor Guillaume Bagnarosa, Professor Rick Van der Ploeg (University of Oxford and Senior Fellow CUT), Professor François Le Grand (RSB), Professor Imen Nouira (RSB); Professor Dhamir Mannai (co-chair of Advisory Group on Energy Governance at UNDP, Deerfield Cyberdefense, France), Professor Alex Gohin (INRAe France) (SE)
  • 28-29 novembre 2022: CAID-Artificial Intelligence & digitalization: Professor Zhengtao Ding, University of Manchester; Professor  Arnaud de la Fortelle, HEEX Technologies & CAOR (Mines Paris), Professor Giulio Mecacci, Donders Institute for Brain, Cognition & Behaviour (The Netherlands); Professor Aurélie Dommes, Gustave Eiffel University, Paris; Professor Herbert Dawid, Bielefeld University, Germany, (CUT senior fellow); Professor Juan Moreno Ternero, University Paolo Olavide Sevilla, (CUT Senior fellow);Professor Rim Lahmandi-Ayed, University of Carthage Tunisia,( CUT Senior fellow); Professor Jean-Marie Bonnin, IMT, Rennes, Professor Bahador Bahrami,  Ludwig Maxmilian University, Munich (CUT Senior Fellow); Professor Thibault Gajdos, CNRS-Aix-Marseille University, (CUT Senior fellow) (SE)
  • 1 decembre 2022: EU proposal presentation (EE)
  • 5 decembre 2022: Symposium 1 (part 1): Professor Sonja Sperber, University of Vienna; Professor Yvonne Benschop, Radboud University; Professor Michael Stefan Aßländer, University of Dresden (CUT Senior Fellow); Professor Robert Boutilier, Stakeholder 360 and University of Eastern Finland ;
  • 6 decembre 2022: Symposium 1 (part 2): Professor Todd Bridgeman and Professor Stephen Cummings, Victoria University of Wellington; Professor Lucy Taksa, Deakin University (CUT Senior Fellow); Professor Chris Nyland, Monash University (CUT Senior Fellow); Professor Paul Adler, University of Southern California (CUT Senior Fellow) (SE)
  • 9-10 janvier 2023: COVID RSB-CUT/ANR/Sorbonne Conference: Professor Aditya Goenka, University of Birmingham; Professor Ted Temzelides Rice University (CUT Senior Fellow); Professor Andrew Dobson Princeton University (CUT Senior Fellow); Professor Patrick Pintus CNRS & AMSES; Professor Céline Azémar RSB; Giorgi Fabbri, CNRS Université de Grenoble; Professor Nouhoum Touré CES University Paris 1; Imen Nouira RSB; Professor Jérôme Frans Addas Bocconi University; Professor Rodolphe Desbordes Skema Business School (SE)
  • 18 janvier 2023: Public Conferences: Is there a Chinese model? Understanding the Chinese vision and strategy (PE): Professor Jean-François Huchet Président de l’Inalco ; Professor Irène Hors est Senior Associate Fellow à MERICS; Professor Eric Girardin, University of Aix-Marseille; Minggang Zhang, Joint General Director of Huawei
  • 26 janvier 2023: CUTIS on Spatio-temporal modeling of climate risk – TBC (SE)
  • 6-7 mars 2023: Symposium 2 (SE)
  • 3-4 mai 2023: Symposium 3 (SE)
  • Week 2 juillet 2023: CUT Campus on « Human-Friendly Science for Human-Friendly Business » (SE)

Restez au courant de tous les événements à venir sur les comptes Twitter et LinkedIn de l’école…

Conseil Consultatif

Claude d’Aspremont-Lynden

Vincent de Crayencour

Rai Himanshu

 

Alain Kirman

 

Saadi Lahlou

 

Jean-Pierre Landau

Laurence Le Coq

Yann-Etienne Le Gall

Alessia Lefebure

Amandine Lepoutre

Pierre Livet

Thierry Malleret

Dominique Maraninchi

Yeri Naveen

Minggang Zhang

 

Olivier Bouin

 

Thomas FROEHLICHER Comex de Rennes SB

Thomas Froehlicher

 

Céline Azemar

 

Sarah ROBINSON

Sarah Robinson

 

Raouf Boucekkine

 

 

Comité Exécutif

Le CUT est géré par un comité exécutif composé de membres du corps professoral de Rennes SB et de ses partenaires, coordonné par une administratrice, Christèle Wright. Il comprend le(s) directeur(s) et les directeurs de programmes de la CUT, ainsi que les membres réguliers suivants :

Dr Thomas FLICHY de La NEUVILLE, Rennes School of Business

Thomas Flichy de la Neuville

Svetlana Serdukov

Ljupka Naumovska

Carole Bonanni

 

ALEXAKIS Christos associate professor Rennes School of Business

Christos Alexakis

Dermot Breslin

 

José Parra

 

 

Pour en savoir plus sur les réseaux d’instituts d’études avancées :

Réseau français des instituts d’études avancées (RFIEA)

Network of European Institutes for Advanced Studies (Netias)

Worldwide Network of University-based Institutes for Advanced Study (UBIAS)

 

“Aujourd’hui, plus que jamais, l’avenir appartient aux esprits ouverts.”