Research.Lab

À Rennes SB, nous avons la conviction que la recherche doit avoir un réel impact et entraîner une évolution concrète. C’est pourquoi nous avons créé le Research.Lab. Nous avons ainsi décidé de nous défaire de la recherche traditionnelle par discipline (ex. recherche en marketing, en finance, etc.) pour nous orienter vers une recherche qui :

  • Traite de problématiques actuelles pertinentes pour les organisations et les institutions,
  • Est transdisciplinaire par nature, impliquant diverses disciplines de management.

Afin d’identifier les sujets sur lesquels de telles recherches devraient porter, nous avons mobilisé les compétences de notre Faculté multiculturelle et avons identifié quatre domaines d’excellence déterminants pour les entreprises d’aujourd’hui.

Ces domaines d’excellence sont les suivants :

  • La complexité au service de la prospérité (Thriving through Complexity)
  • L’IA au service de l’entreprise (AI-driven Business)
  • L’Agribusiness
  • La gestion de chaîne logistique numérique, respectueuse de l’environnement et guidée par la demande (Green, Digital, & Demand-Driven Supply Chain Management)

Grâce à l’expertise de notre Faculté et à un effort stratégique pour renforcer ces compétences en nous développant, nous comptons concevoir une expertise unique dans ces domaines de façon à pouvoir fournir aux enseignants-chercheurs comme aux professionnels, des points de vue pertinents, marquants et novateurs sur ces sujets, et ainsi devenir le point de référence sur ces questions en Europe et à travers le monde.

C’est cette conviction qui s’exprime dans la devise du Research.Lab :

This is different. This makes a difference. This is Research at Rennes SB.

 

Domaines d’excellence :

Thriving through Complexity

Fabio Fonti, Associate Dean for Research Director of Doctoral ProgrammesDr. Fabio FONTI, Directeur de « Thriving through Complexity » (La complexité au service de la prospérité)

Dans le milieu des affaires, la complexité n’a cessé d’augmenter au cours des 10 dernières années et l’on s’attend à ce que cette croissance exponentielle continue. En raison de son impact sur les affaires, la complexité a été vue comme un problème ou un défi majeur pour les managers et, en réaction, enseignants-chercheurs et professionnels ont tenté de trouver des moyens de la réduire autant que possible, afin de mieux la gérer.

Nous proposons d’envisager la complexité, non pas comme un problème, mais comme une opportunité pour les entreprises et les institutions. Être capables de la comprendre placera les managers dans la position unique de pouvoir exploiter les nombreux avantages et opportunités qu’elle offre à leurs organisations. Ainsi, notre objectif est d’aider les managers à comprendre cette complexité dans son intégralité et, ce faisant, à en faire un avantage concurrentiel pour leurs organisations. Nous avons la conviction que, si nous y parvenons, ils pourront même structurer la complexité pour améliorer leur compétitivité par rapport à leurs concurrents et au milieu auquel ils sont confrontés.

Nous atteindrons notre objectif en mobilisant un large éventail de disciplines (psychologie, psychologie sociale, sociologie, stratégie, systèmes d’information, etc.) et en nous concentrant sur les cinq sous-domaines distincts suivants :

 

Complexité structurelle et institutionnelle

Ce sous-domaine traite de la pression que subissent les organisations du fait de leur appartenance à de nombreux réseaux et des attentes qui pèsent sur elles, émanant de nombreuses parties prenantes. Voici certaines des questions auxquelles nous tenterons de répondre :

  • Comment les réseaux multiplexes et multi-niveaux affectent-ils les organisations ?
  • Comment la complexité institutionnelle (ex. pression provenant de nombreuses parties prenantes) affecte-t-elle les organisations ?

Mots, sens et complexité

Ce sous-domaine porte essentiellement sur l’exploitation de l’incroyable quantité d’informations disponibles de nos jours. Il s’agit d’exploiter les techniques d’apprentissage automatique et d’analyse de texte pour donner du sens aux larges quantités de texte à la disposition des organisations et, se faisant, cerner totalement la complexité environnementale, et notamment les signaux faibles.

Problèmes, décisions et complexité

Nous nous concentrerons sur le dilemme auquel les managers sont confrontés alors qu’ils s’efforcent de passer d’une prise de décisions basée sur des informations limitées à un environnement où les informations sont en surabondance, mais où peu d’attention leur est accordée. Alors que nous passons d’un système basé sur des informations limitées à un système où l’attention limitée est le défi majeur, les thématiques telles que la formulation des problèmes (comment identifier le meilleur problème à résoudre) et la prise de décisions (comment sélectionner la meilleure idée et/ou solution pour une organisation) deviendront déterminantes. Nous nous concentrerons en particulier sur des disciplines telles que la neurobiologie et la conception pour nous aider à identifier de meilleurs problèmes et de meilleures décisions dans un contexte complexe.

Partage et diffusion des informations

Ce domaine traite de la façon dont les informations se diffusent dans l’environnement et dont leur valeur évolue se faisant. Nous étudierons les questions spécifiques suivantes :

  • Comment les informations circulent-elles en ligne (partage et diffusion, d’un point à plusieurs autres) ?
  • Comment la valeur d’une information évolue-t-elle lorsque cette dernière passe d’un point à plusieurs autres (ex. avis sur TripAdvisor ou BlaBlaCar) ?
  • Quelles leçons les entreprises peuvent-elles tirer de tout cela ?

Exploitation de la sagesse des foules

Au sein d’un environnement complexe, il est souvent difficile pour un individu ou un petit groupe de personnes de trouver des solutions optimales. Ce sous-domaine porte sur le principe de sagesse des foules, idée selon laquelle des groupes de personnes trouveront de meilleures solutions et de meilleures idées que des individus isolés, et peuvent donc mieux gérer la complexité. Dans ce contexte, nous nous concentrerons sur des questions telles que :

  • Comment peut-on exploiter la sagesse des foules pour aider à la résolution de problèmes et à la prise de décisions dans un contexte complexe ?
  • En particulier, comment le crowdsourcing (bel exemple d’exploitation de la sagesse des foules) peut-il aider dans de telles situations ?

AI Driven Business

Dr. Michael DODOWLING ESCWLING, Directeur de AI Driven Business
(L’IA au service de l’entreprise)

L’offre de solutions d’apprentissage automatique et d’IA augmente rapidement pour tous les aspects du monde des affaires. Dans certains domaines spécialisés, les solutions actuelles sont déjà plus performantes que l’homme. Mais les véritables opportunités sont encore à venir.

Le domaine d’excellence AI-driven Business traite les questions suivantes :

  • Comment les entreprises se préparent-elles à cet avenir ?
  • Comment effectuent-elles la transition pour tirer profit des opportunités qu’offre cette révolution de l’intelligence ?
  • Comment les entreprises peuvent-elles intégrer avec efficacité des solutions d’Intelligence Artificielle pour un gain de performance maximal ?
  • En quoi cela affectera-t-il les processus d’entreprise, l’interaction avec la clientèle, la stratégie des entreprises et le développement de l’innovation ?
  • Qui seront les nouveaux gagnants et perdants du monde des affaires ?
  • Quelles sont les dimensions éthiques et sociétales ?

L’AI-driven Business est un domaine de recherche pluridisciplinaire qui s’appuie sur l’expertise de l’ensemble de la Faculté de l’école. Nous nous concentrons sur l’étude rigoureuse de ces questions, mais aussi sur l’application de ces recherches en vue de l’amélioration des activités commerciales et sur leur intégration à l’apprentissage de nos étudiants, afin que ces derniers deviennent les futurs leaders économiques les mieux placés pour tirer profit de la puissance des opportunités associées à l’utilisation de l’Intelligence artificielle.

Agribusiness

Dr. Guillaume BAGNAROSA, Directeur de Agribusiness

BAGNAROSA ESCAu cours des dernières décennies, le développement des connaissances agricoles et de nombreux systèmes innovants au sein de l’agribusiness a permis au système d’organisation d’alimentation international d’assurer un approvisionnement alimentaire adéquat à une population toujours grandissante. Au-delà de ce rôle central joué par le secteur en matière de sécurité alimentaire, l’agribusiness a également contribué au développement économique mondial et à la réduction de la pauvreté à travers le monde, en étant et en demeurant l’un des principaux secteurs industriels. Cependant, et du fait, à la fois de l’augmentation de la sensibilisation aux menaces environnementales et à l’innocuité des aliments et de la numérisation de l’agribusiness (de la production à la vente en passant par le traitement), tous les processus et toutes les infrastructures impliqués dans le système d’alimentation mondialisé connaissent de rapides transformations et font face à de nouvelles contraintes qui génèrent à la fois de nouveaux défis et de nouvelles opportunités.

Dans un tel contexte, le domaine d’excellence « Agribusiness » s’est donné pour mission de répondre aux questions suivantes :

  • Comment, étant donné l’importance de l’écologie, et plus généralement de la place de l’être humain dans l’environnement, peut-on développer un système d’alimentation durable ?
  • Quels sont les mécanismes impliqués dans la dynamique des prix des marchandises et le comportement des acteurs des marchés ?
  • Comment les entreprises devraient-elles s’adapter aux politiques publiques en constante et rapide évolution ?
  • Alors que l’internationalisation du système d’alimentation amène une diversification au niveau de la demande tout en conduisant à des chaînes de valeur mondiales, comment les acteurs des différents secteurs économiques pourraient-ils bénéficier des nouvelles opportunités du marché ?
  • Compte tenu du nombre grandissant de contraintes et de l’accélération de la numérisation et de l’innovation dans ce secteur, comment les entreprises de l’agribusiness devraient-elles s’adapter et optimiser leur organisation et leurs opérations complexes de fabrication ?
  • Grâce à une approche pluridisciplinaire, « Agribusiness » mènera des recherches théoriques et appliquées liées à ces questions, afin de transmettre des compétences innovantes à nos étudiants et, à travers eux, contribuer activement au développement durable d’un système d’alimentation, à l’échelle locale et internationale.

Grâce à une approche pluridisciplinaire, le domaine d’excellence « Agribusiness » mènera des recherches théoriques et appliquées liées à ces questions, afin de transmettre des compétences innovantes à nos étudiants et, à travers eux, contribuer activement au développement durable d’un système d’alimentation, à l’échelle locale et internationale.

Green, Digital & Demand-Driven Supply Chain Management

Dr. Ramzi HAMMAMI, Directeur de Green, Digital & Demand-Driven Supply Chain Management
(La gestion de chaîne logistique numérique, respectueuse de l’environnement et guidée par la demande )

Le domaine d’excellence Green, Digital & Demand-Driven (G3D) Supply Chain Management Area est un groupe de recherche pluridisciplinaire travaillant sur le Supply Chain Management. Il s’articule autour de 4 grands sous-domaines de recherche :

Green Supply Chain Management

Nos recherches visent à réexaminer les problématiques de gestion des opérations en tenant compte des aspects environnementaux (réglementation environnementale, sensibilisation de la clientèle à l’environnement, bien-être social, etc.). En particulier, nous nous concentrons sur les problématiques suivantes :

  • Pour les entreprises, comment repenser les décisions relatives à la chaîne logistique et aux produits tout en tenant compte des considérations environnementales et de la performance économique ?
  • Pour les organismes de réglementation, comment concevoir une réglementation environnementale efficace, afin d’améliorer le bien-être social ?

Digital Supply Chain Management

L’émergence de nouvelles technologies de préparation des commandes (ex. Internet des objets), de nouvelles technologies de transfert (blockchain) et de l’analyse du big data constitue une belle occasion pour les entreprises d’améliorer leurs processus de transactions des données, de prévision de la demande et de planification. Cependant, l’adoption de ces technologies implique de nombreux défis.

  • Comment adapter les méthodes traditionnelles de planification pour mieux utiliser les nouvelles technologies (capteurs, Internet des objets, blockchain) ?
  • Quel est l’impact des nouvelles technologies sur la conception et la gestion des chaînes logistiques (production, entreposage, transport) ?
  • Comment utiliser l’analyse du big data et des données d’entreprise pour améliorer la performance de la chaîne logistique et de l’entreprise ?

Valeur commerciale des technologies de l’information

Nos recherches portent sur la façon dont les investissements relatifs à l’informatique affectent les activités économiques. Cette étude de l’impact de l’informatique porte sur les problématiques suivantes :

  • Comment l’infrastructure informatique affecte-t-elle le management stratégique (fusions et acquisitions, flexibilité des entreprises, innovation, stratégie environnementale et entrepreneuriat organisationnel) pour améliorer la performance des entreprises ?
  • Comment la technologie de l’Internet permet-elle aux entreprises de développer des capacités opérationnelles, afin d’améliorer leur performance opérationnelle ?
  • Comment les entreprises apprennent-elles à développer leurs capacités en matière de réseaux sociaux pour innover et améliorer l’expérience du client ainsi que la performance ?

Faire correspondre l’offre à la demande

Une gestion efficace des chaînes logistiques nécessite une connaissance profonde de la structure du marché et de la demande et une modélisation fine de la relation entre les décisions relatives à la chaîne logistique et la demande des clients. Nos recherches portent sur les problématiques suivantes :

  • Comment intégrer la gestion de la demande et des revenus aux décisions relatives à la chaîne logistique?
  • Comment repenser les décisions de conception et de gestion de la chaîne logistique en tenant compte de la demande endogène ?