Agribusiness

Dr Guillaume BAGNAROSA, Director for Agribusiness

BAGNAROSA ESCAu cours des dernières décennies, l’accroissement des connaissances agricoles et de nombreux systèmes d’innovation dans l’agro-industrie ont permis au système alimentaire international de fournir des approvisionnements adéquats en nourriture à une population toujours croissante.

Au-delà de ce rôle central joué par ce secteur dans la sécurité alimentaire, l’agro-industrie a également contribué au développement économique mondial et à la réduction de la pauvreté dans le monde en étant et en restant l’un des principaux secteurs industriels.
Cependant, et en raison de la prise de conscience croissante des menaces environnementales et de la sécurité alimentaire combinée à la numérisation de l’agro-industrie de la production à la transformation et à la vente au détail, tous les processus et infrastructures impliqués dans le système alimentaire mondialisé connaissent des transformations rapides et de nouvelles contraintes entraînant simultanément de nouvelles défis et opportunités.

Mission

Si la croissance démographique, avec 9 milliards de personnes à nourrir d’ici 2050, appelle à augmenter la production alimentaire d’au moins 50 %, les récoltes subissent quant à elles les effets du réchauffement climatique avec une baisse estimée à plus de 25 %. À cela s’ajoutent des terres, une biodiversité, des océans, des forêts et autres ressources naturelles épuisés à un rythme sans précédent. De nos modes de consommation et de production, mais aussi de notre capacité à gérer nos ressources, dépend la sécurité alimentaire, en particulier des populations les plus à risque.
La Banque mondiale tire la sonnette d’alarme et les Nations unies listent quelques-uns des plus grands défis de l’humanité :

  • le changement climatique, véritable menace contre la production alimentaire ;
  • la sécurité alimentaire face à une population croissante ;
  • la gestion des ressources en eau, un facteur déterminant de la production alimentaire, de la santé écosystémique et de la survie de l’espèce humaine ;
  • les océans et le droit de la mer, une source de nourriture indispensable à la vie qui en dépend.

Les acteurs de l’agroalimentaire et les consommateurs sont la clé de voûte d’un monde dont les ressources doivent être préservées pour une meilleure exploitation des dernières, mais aussi une réduction des risques associés aux mauvais modes de consommation et de production.

En réponse aux nombreuses problématiques de l’agrobusiness, et avec une volonté d’agir sur un monde en mutation, les chercheurs de Rennes SB publient des travaux de recherche faisant autorité dans le domaine avec l’intention de transmettre et partager auprès des étudiants de Rennes SB qui ne sont autres que les dirigeants de demain.

Objectifs

L’excellence de l’agrobusiness défend une stratégie bien précise : partir d’une influence locale pour construire une notoriété internationale. Et pour y parvenir, nous misons sur la collaboration active de la Faculté et des étudiants avec les entreprises pour créer un solide environnement de recherche, à la fois théorique et pratique. En découlent des publications de qualité, mais surtout la reconnaissance, par l’intermédiaire de nos étudiants, de notre expertise par les industriels et les institutions publiques.
En outre, de la position géographique de Rennes School of Business résulte un rôle fédérateur. En effet, notre école étant au cœur d’une des régions industrielles, du secteur de l’agroalimentaire, les plus importantes d’Europe, notre rôle est d’apporter des réponses et de soutenir cet écosystème en proposant des solutions innovantes, mais aussi en établissant des relations solides et fructueuses avec ces acteurs de l’industrie.

Allier le savoir-faire de nos professeurs experts et de nos partenaires universitaires locaux à celui des acteurs de l’économie agricole dynamique bretonne constitue une véritable opportunité.

Non seulement nous disposons des outils pour susciter l’intérêt des entreprises, mais nous contribuons également à la recherche internationale, gage de programmes cohérents et innovants pour nos étudiants avec, toujours, l’ambition de décrypter les enjeux environnementaux de notre époque.

Thèmes de recherche

1. Un agrobusiness responsable et durable

(Chercheur principal : Ricardo Azambuja)
Des solutions alternatives aux répercussions négatives des modèles de production actuels sont étudiées puis proposées. Nous travaillons actuellement sur les problématiques et les cadres suivants :

  • Quelles sont les externalités négatives sociales et environnementales générées par le modèle agricole prédominant, et quelles sont les solutions alternatives durables et responsables ? Certaines analyses empiriques de terrain s’attardent actuellement sur les techniques de permaculture en France et au Japon, ainsi que sur les modèles de production d’huile de palme en Asie du Sud-Est et de canne à sucre en Afrique de l’Est.
  • Quelles sont les solutions écologiques et responsables à proposer à l’agrobusiness pour réduire les émissions et diversifier les sources de revenus de manière durable ?

 

2. L’agroalimentaire

(Chercheur principal : Sheila Matson)
L’expérience du consommateur, tant en matière d’alimentation que de services alimentaires, est au centre du sujet. Les cadres sensoriels, émotionnels, mais aussi culturels, influencent les choix et le jugement du consommateur. Enfin, les comportements vis-à-vis des produits locaux, des devises, des aliments sains, éthiques et ethniques sont aussi à l’étude.

  • Quelles sont les stratégies commerciales des marques de luxe et internationales à l’égard des consommateurs et en matière de commerce de détail/services alimentaires ?
  • Numérisation de la chaîne alimentaire : quelles conséquences ?
  • En quoi la dimension culturelle influence-t-elle l’expérience en matière d’alimentation et de services alimentaires ?

 

3. L’économie agricole

(Chercheur principal : Roman Matkovsky)
L’étude menée se concentre sur les mécanismes micro- et macroéconomiques de l’agrobusiness, sur les enjeux écologiques et sur la dimension économique des TIC (technologies de l’information et de la communication) durables au service de l’agriculture (e-agriculture). Nous tentons d’apporter des réponses aux points suivants :

  • Quelle communication entre les différents acteurs du secteur agricole ? Et quels sont les mécanismes mis en place pour une convergence vers un équilibre temporaire du marché ?
  • Comment la politique agricole influence-t-elle l’équilibre économique mondial ?
  • Comment pouvons-nous optimiser la consommation alimentaire ainsi que l’utilisation des ressources et des terres ?
  • Quel est l’effet économique des nouvelles technologies, notamment la technologie des grands livres distribués (DLT), sur la productivité, la demande et l’offre du secteur agricole ?

 

4. Innover dans l’agrobusiness

(Chercheur principal : Antonella La Rocca)
Les innovations de l’agrobusiness sont à l’étude, avec un regard spécifique porté sur l’aspect inter-organisationnel et inter-réseaux de ces processus. En effet, le secteur de l’agroalimentaire comprend de nombreux acteurs qui composent ces réseaux d’intérêt : fournisseurs d’intrants, producteurs, services logistiques, grossistes, détaillants, exportateurs et importateurs, et sociétés de commercialisation.

  • Comment tant d’entreprises, aux priorités, aux positions et aux agendas aussi différents, parviennent-elles à innover ?
  • Quelle évolution pour les réseaux d’intérêt de l’agroalimentaire (y compris les modèles commerciaux des entreprises) au vu des progrès technologiques (p. ex. une production agricole guidée par les données ou la numérisation de l’agriculture) et des nouvelles tendances (politiques) comme l’agriculture durable ?

 

5. Ingénierie et agriculture

(Chercheur principal : Guillaume Bagnarosa)
Tous les aspects opérationnels sont ici abordés : de l’achat ou de la vente à l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement à l’aide d’outils statistiques et mathématiques. Cette étude, centrée sur le processus opérationnel, explore les problématiques suivantes :

  • Quels seraient les outils de stratégie commerciale et de gestion des risques préconisés pour réduire efficacement la volatilité des marges opérationnelles de l’agroalimentaire ?
  • Quelle serait la politique de stockage et de couverture idéale au vu des incertitudes (tous aspects confondus, comme le prix et la quantité des intrants/extrants, la production, la demande, etc.) ?
  • Comment les responsables de l’agroalimentaire pourraient-ils considérer les enjeux du risque climatique et intégrer ces derniers, de manière efficace, dans leurs opérations de gestion ?

Chercheurs associés

  • Collaboration avec le Département systèmes énergétiques et environnement de l’IMT Atlantique (partie du laboratoire GEPEA, UMR CNRS).
  • Équipe de recherche conjointe en agroéconomie, agrofinance et gestion des risques avec le laboratoire SMART-LERECO, UMR INRAe-Agrocampus Ouest.

Dernières publications

  • Xiong, J., Wu, X. and Hu, B.,2020. Understanding Heterogeneous Consumer Preferences in Chinese Milk Markets: A Latent Class Approach. Journal of Agricultural Economics, 71(1), pp.184-198.
  • Bagnarosa, G., Marowka, M., Peters, G.W. and Kantas, N., 2020. Factor Augmented Bayesian Cointegration Model: a case study on the Soybean Crush Spread. Journal of the Royal Statistical Society: Series C., Forthcoming.
  • Bagnarosa, G., Ames, M., Matsui, T., Peters, G.W. and Shevchenko, P.V., 2020. Which Risk Factors Drive Oil Futures Price Curves?. Energy Economics, Forthcoming.
  • Hernandez, J.A., Shahzad, S.J.H., Uddin, G.S. and Kang, S.H., 2019. Can agricultural and precious metal commodities diversify and hedge extreme downside and upside oil market risk? An extreme quantile approach. Resources Policy, 62, pp.588-601.
  • Xiong, J., Wu, X., Li, H. and Wu, H., 2019. The myth of retail pricing policy for developing organic vegetable markets. Journal of Retailing and Consumer Services, 51, pp.8-13.
  • Bagnarosa G., Gohin A., 2019. La diversité des instruments innovants à la disposition des agriculteurs. Innovations Agronomiques, 77, 61-74, INRAe.
  • Azambuja, R., Roux-Rosier, A. and Islam, G., 2018. Alternative visions: Permaculture as imaginaries of the Anthropocene. Organization, 25(4), pp.550-572.
  • Hernandez, J.A., Shahzad, S.J.H., Al-Yahyaee, K.H. and Jammazi, R., 2018. Asymmetric risk spillovers between oil and agricultural commodities. Energy policy, 118, pp.182-198.
  • Matson-Barkat, S. and Robert-Demontrond, P., 2018. Who’s on the tourists’ menu? Exploring the social significance of restaurant experiences for tourists. Tourism Management, 69, pp.566-578.
  • Alexakis, C., Bagnarosa, G. and Dowling, M., 2017. Do cointegrated commodities bubble together? the case of hog, corn, and soybean. Finance Research Letters, 23, pp.96-102.
  • Eyiah-Donkor, E., Cotter, J. and Potì, V., 2017. Predictability and diversification benefits of investing in commodity and currency futures. International Review of Financial Analysis, 50, pp.52-66.

Jeunes chercheurs / PdDs

PhDs:

  • Mickaël POULIQUEN
  • Romain MENIER
  • Thibaud GARNIER
  • Suikai GAO
  • Xinquan ZHOU

Post-doc:

  • Amina CHELLY (conjointement avec G3D)

Partenaires

Actualités

Contact

Pour toute information, veuillez contacter: Dr Guillaume Bagnarosaguillaume.bagnarosa@rennes-sb.com